La jeunesse « perdue »